lundi 8 février 2016

Les dernières cabines téléphoniques (gare de Langon)


Qui a passé le dernier appel de cette cabine, quand elle était encore vivante ? Quels furent les derniers mots prononcés ici ?  Je rentre tard ce soir, ne m'attends pas ? Je vous appelle d'ici parce que mon téléphone est en dérangement ? Allo, je suis à la gare de Langon et je m'inquiète, tu ne devais pas venir me chercher ? Saleté de cabine, ça saute tout le temps, mon père m'a promis un portable si j'ai mon brevet ?


4 commentaires:

Gildas LB a dit…

Il y en a encore 40000 en France et elles vont être enlevées.

Musardise Saint-Just a dit…

Je crois qu'il en restera encore quelques unes, très peu, en ville ou dans les zones blanches.

Anonyme a dit…

Bonsoir Musardise,

Toujours la bonne approche pour vos photos, ainsi que vos commentaires.
A Paris, les cabines disparaissent, malgré, me semble-t-il, la promesse d'en conserver un certain nombre, au nom du service public.
Les dernières que j'ai pu voir étaient dans un état déplorable et il fallait avoir beaucoup de courage et ses vaccins à jour pour effectuer un appel :)
Bien à vous,
Gaël

Musardise Saint-Just a dit…

Nos adolescents d'aujourd'hui commencent à trouver préhistoriques les adultes qui ont utilisé des téléphones à fil ("hein, quoi, tu veux dire qu'il était attaché en vrai par un fil, le téléphone ?), qui n'ont pas eu de portable ni d'ordinateur dans leur enfance parce que ça n'existait pas, tout simplement. J'ai lu dans Ouest France une anecdote amusante à propos du matériel téléphonique d'un passé pas si lointain: Deux jeunes cambrioleurs se sont trouvés bien dépités quand, de retour chez eux, ils ont ouvert ce qu'ils avaient pris pour un petit coffre fort: c'était un Minitel...

Enregistrer un commentaire