dimanche 27 mars 2016

Parsac, un hameau de Saint-Just




Maison à Parsac, Saint-Just

Ces maisons ne sont pas de construction très ancienne (19ème siècle). Quand on passait devant avec Albert Poulain, il ne manquait pas de faire remarquer que pendant la guerre 14-18, les femmes se mettaient ensemble dans la cour quand le facteur arrivait, pour partager les bonnes et les mauvaises nouvelles. Quand arrivait un mandat, aussi, la solidarité s'exerçait envers les plus démunies, les veuves ayant charge d'enfants...



Saint-Just lieu dit Parsac maisons anciennes rénovées












La croix de Parsac



Au-dessus d'un puits construit en moellons de schiste et d'un rocaillage de quartz a été érigée une croix métallique ; une plaque de pierre, placée au dos du puits, indique que cet édicule fut construit : "En l'honneur de l'abbé Racape, martyr de 1793. F. Legendre Racape". Une autre inscription "L 1934 R" précise la date de mise en place. (Topic Topos)

Julien Racapé, vicaire de Brain, fut guillotiné à Redon le 1er novembre 1793.

J'ai copié sur ce site les lignes qui relatent sa vie juste avant son arrestation.

Lors du schisme constitutionnel, il refusa nettement le serment exigé et vécut caché dans la paroisse. 11 y demeura deux ans ; mais lorsqu'il crut que la prudence l'obligeait à la quitter, il n'hésita pas et revint à Saint-Just demander asile à ses parents, qui alors habitaient le hameau de Poubreuil.
[...]sans doute, Poubreuil se tairait ; mais il y a les espions qui causent, les administrations sanguinaires de Redon qui surveillent et M. Racapé fut trahi. Le 30 octobre 1793, il tomba aux 

mains des gardes nationaux redonnais. 
Ce jour-là le village était envahi, toutes les maisons étaient fouillées, les personnes minutieusement interrogées. Les Bleus ne trouvèrent rien, et ils s'en retournaient tout déconfits, quand quelqu'un du pays ne pouvant retenir son étonnement : « Tiens, dit-il, ils n'ont pu le découvrir!» Les Bleus avaient entendu. Honteux ils revinrent, recommencèrent leur opération et cette fois réussirent à mettre la main sur le proscrit caché au fond d'un grenier derrière des sacs de blé noir. 

5 commentaires:

Karen a dit…

Je préfère vos petits reportages quand ils sont en couleurs mais sinon c'est très beau.

Anonyme a dit…

Bonjour Musardise,

Toujours de splendides photos, même en noir et blanc :)
Et toujours des informations utiles sur les lieux traversés.
Je connais bien ce petit village, étape de mes parcours pédestres.
Bien à vous,
G. Roux

Musardise Saint-Just a dit…

Bonjour Gaël
Je vois que vous appelez Parsac "village".
Les gens d'ici disent aussi "j'habite dans tel ou tel village", et vont nomme Saint-Just ou Renac "bourg". J'avoue que je passe souvent de "village" à "lieu-dit" ou "hameau" pour le même endroit.
J'ai donc cherché, et...
"Jusqu’à une époque récente, les choses étaient simples : le bourg disposait d’un marché contrairement au village qui, lui, comportait une église paroissiale qui le distinguait du hameau.
le hameau, dont l’étymologie est le vieux français ham, de même sens, se distingue du village par l’absence d’une église paroissiale (la précision de l’épithète est importante car il est des hameaux qui possèdent une église…)"

Aux Archives départementales, un groupe de maison est appelé un "écart".
Le lieu-dit concerne n’importe quel lieu qui porte un nom évoquant une singularité historique voire topographique, et n'est pas forcément habité.

N'empêche...comme tout le monde ici, dit "village" pour un groupe de plus de deux maisons habitées, l'usage prévaut pour ceux qui s'y tiennent, "hameau est le terme correct donc on peut l'employer aussi, et voilà !

Karen, bonjour: la prochaine fois, ce sera en couleurs !

Véronique a dit…

C'est très intemporel. Ce village semble inhabité. S'il n'y avait pas ces personnes sur la route, on pourrait croire qu'il n'y a plus personne.

Musardise Saint-Just a dit…

Ce village est bel et bien habité, pourtant, il y a des maisons en cours de restauration...

Enregistrer un commentaire