jeudi 28 juin 2018

La chapelle de Brandeneuf, au Grand Fougeray



J'ai aperçu de loin cette chapelle avec son clocher charmant, surplombé par une éolienne voisine,  et je me suis déroutée pour aller la voir de près. 


Petite chapelle du XVième siècle au bord d'une route, le clocher est récemment restauré et joli

Selon le site Info Bretagne,  la chapelle Notre-Dame (1634-1852),est destinée à l'usage des habitants de Brandeneuf. Elle date de 1634-1635 et a été restaurée en 1852. Elle fut fondée d'une messe par semaine, en 1635, par les habitants de ce quartier ; en 1710 les seigneurs de Port-de-Roche y fondèrent également un catéchisme qu'ils dotèrent de 25 livres de rente. — Cette chapelle a été restaurée en 1852 et l'on s'y rend en procession aux Rogations.

Les rogations sont des prières pour demander la pluie. Je crois qu'avec tout ce qui est tombé ces dernières semaines, on peut attendre un peu avant de solliciter la Bonne Vierge et ses saints pluviométriques.  (Saint Mamert, saint Alcime, entre autres)

Le clocher de cette chapelle a été restauré, et les habitants du lieu qui ont passé beaucoup de temps à cet ouvrage ont fait la fête pour l'inaugurer comme il se doit (article de Ouest France)



lieu dit au grand fougeray, petite chapelle



Sur le terrain de la chapelle, il y a un beau chêne creux.





Sur le terrain de la chapelle de brandeneuf il y a un beau chene creux


...et à proximité, un calvaire, des champs de blé, des éoliennes...

crucifix, calvaire entouré d'éoliennes


à  brandeneuf, les éloliennes poussent dans le blé



vendredi 22 juin 2018

Cigognes dans le marais de Redon

Les cigognes se régalent à Massérac


les inondations de juin font la joie des échassiers
marais près de Paimbu, Massérac

La pluie  a cessé, le marais s'assèche à toute vitesse, mais des poches d'eau subsistent.  Les échassiers  font bombance et se gavent de grenouilles et autres bestioles qui grouillent à foison.  

Cigognes pêchant leur déjeûner

Il y a des cigognes !
Toutes les trois  minutes, elles attrapent un petit serpent, une grenouille  ou un lézard






Envol de cigogne

Celles-ci n'ont pas l'air d'être baguées. Est-ce que ce sont de jeunes cigognes -des cigogneaux, cigognettes-, les cigognes de Renac qui ont élu domicile sur un pylône EDF,  ou bien des voyageuses  ?

mardi 19 juin 2018

Pauvre Attis, qui se meurt à Redon

Le sort de ce remorqueur me fait penser à celui d'une personne très âgée, un ancien combattant qui aurait connu ses heures de célébrité, l'amour et la reconnaissance des siens.   Et, après  un début de retraite heureuse, voilà qu'il  subit le  temps final de la la relégation, de la misère et de l'oubli...

L'Attis  rouille et tombe en lambeaux au port de commerce. En 2010, on pouvait le visiter, il faisait partie du musée de la batellerie. Il a trôné  à côté du Corbeau des Mers (ancré à Vannes), on expliquait aux enfants ce qu'il avait vécu ce jour du 6 juin 1944 quand  il a abordé les plages normandes, avec une grande armada qui venait délivrer notre pays.

Si l'on suit la rive droite de la Vilaine à partir du port de Redon, on emprunte un petit chemin qui s'arrête au port de commerce, et là, en se penchant un peu, on aperçoit l'Attis à travers les broussailles.






En faisant le tour par la route, on  reconnait sa silhouette à quai au port de commerce


Attis port commerce Redon

 Il contribue à donner un petit côté "cimetière de bateaux" au lieu.

Remorqueur américain au port de Redon
On m'appelait Attis...





Et son affichette de présentation a quelque chose d'une plaque mortuaire devenant de plus en plus illisible, au fil des ans...

***

Sur ce blog: l'Attis en 2011      le port de commerce de Redon

Un article de Ouest France, datant de 2016

dimanche 17 juin 2018

Quand la Vilaine déborde en juin


C'est étrange de voir en juin, dans les marais du Pays de Redon,  des paysages de février... Sauf qu'en février, les arbres sont dénudés. Là, la nature est en pleine végétation, les champs de céréales  ondulent sous le soleil... Euh, sous le soleil par brefs instants seulement.

La vilaine débord en juin, et alimente le marais...
Le marais à Lezin (côté Massérac) en juin 2018

Le long du chemin de halage de la Vilaine, à Lézin (côté Chapelle de Brain)


De mémoire de promeneurs du coin, il faut remonter aux années soixante si l'on veut comparer les niveaux d'eau de la Vilaine en été, et tant d'eau dans les marais

Paimbu  Masserac

Près de l'oratoire Saint-Benoît, à Paimbu, il y avait des promeneurs. Les cris de joie des enfants  testant la résistance de leurs bottes couvraient le coassement des grenouilles .

Oratoire Saint-Benoit en juin 2018 pendant les inondations

Paimbu Masserac Quand la Vilaine déborde


mercredi 13 juin 2018

Les chevaux mulassiers des Landes de Cojoux


De si jolies juments...



Ces juments Mulassiers du Poitou entretiennent les Landes de Cojoux


L'une des deux blanches s'appelle Athena,  l'alezan clair s'appelle Sherpa, et la troisième, je ne sais pas.
Il faut aller leur dire bonjour quand on se promène dans le site mégalithique.  Elles aiment bien voir passer les gens, s'approchent de la barrière et de la clôture et offrent leur bonne grosse tête aux  caresses.


Elles acceptent avec délicatesse le trognon de la pomme du goûter, ou un morceau de pain sec, même offert par de toutes petites mains.

Dans les landes de Cojoux

***

En décembre 2007, il y avait des vaches Highland aussi.

lundi 11 juin 2018

Le temps des orages

temps orageux en juin 2018, près des mégalithes de Cojoux
Route de Saint-Just à Renac

Il y a parfois des éclaircies entre deux orages, mais c'est juste pour que le ciel reprenne des forces avant de mieux nous arroser encore...

  La route de Saint-Just à Renac




La Vilaine à Port de Roche en juin 2018


La Vilaine charrie de la boue. Elle a débordé à Guipry et ici, à Port-de-Roche, elle n'est pas belle à voir.