samedi 21 juillet 2018

Albert Poulain au Vieux-Bourg de Saint-Just

Lire une maison avec Albert Poulain, au Vieux-Bourg de Saint-Just 



Albert Poulain est mort en 2015.  J'ai filmé cette petite vidéo en 2007, lors d'une de ces journées patrimoine pendant lesquelles  il entraînait infatigablement une troupe attentive d' habitants du pays . 
Ce jour là, nous étions au Vieux Bourg,

Aujourd'hui...

 Les maisons meurent aussi.

2011

Celle-ci  était  à l'honneur dans la page 14 du livre "Saint-Just", paru en 2008


Elle n'était pas visible de la route et se situait au Vieux Bourg, près de l'ancien  presbytère. On descendait un petit bout de chemin, sur la droite, et on la découvrait en contrebas. 

2005
Le petit bout gauche avait été rénové, mais ne semblait guère habité. Bien sûr, comme elle n'était pas occupée, elle se dégradait lentement au fil des saisons et des ans

2005

2006


Sous la neige en décembre


avec ses hortensias en été

Ce n'était pas un bâtiment rare, exceptionnel. Juste une maison avec de belles proportions, datant du XVllème  siècle, remaniée au XVlllème et lXXème. Elle n'existe plus maintenant. Sur son emplacement a été bâtie une autre maison, qui a les mêmes dimensions, qui utilise peut-être une partie de ses murs, mais qui n'a plus grand chose à voir avec l'ancienne, vue de l'extérieur en tout cas. 

Alors, évidemment, on ne peut pas habiter une maison avec des ouvertures toutes petites. On n'est plus au temps où l'on vivait toute la journée dehors et où on se couchait avec le soleil dans des pièces obscures et froides. On ne peut pas demander à ceux qui n'ont pas le budget pour restaurer des monuments historiques ou du bâti de caractère de se ruiner. On ne peut pas demander aux collectivités locales de racheter et d'entretenir tout ce qui mériterait de l'être.

Certes, oui, mais... Elle était bien jolie, cette maison...



***

Voir aussi sur ce blog: Le Vieux Bourg de Saint-Just (2011)







5 commentaires:

Liliane Meursault a dit…

Comment dire... Même les bâtiments classés, même des bâtiments dont le coût de restauration serait modique, comme des croix, des puits... disparaissent à tour de bras.

La vidéo est émouvante. Quel grand monsieur !

Anonyme a dit…

Un chatet, des chatiaux
Un gatet, des gatiaux...

Je l'ai jamais vu, je regrette

mais j'ai le livre sur le patrimoine de la commune et si on se ballade le livre à la main on se rend compte que des tas de choses ne sont plus à leurs places

Sofiane

Anonyme a dit…

Bonjour Musardise,

Comme je regrette de ne pas avoir rencontré M. Albert Poulain...
Un authentique érudit. Il m'aurait été bien agréable de parcourir les chemins de St-Just et des environs en sa compagnie.
Des hommes comme lui deviennent rares dans nos contrées, et c'est bien dommage.

Eh oui, comme évoqué dans un précédent commentaire, vos photos accompagnent, au fil des ans, les lents changements du paysage...
Il est attristant de pas pouvoir sauver une demeure, lorsque cela est possible...
Bien souvent, faute de moyens, les nouveaux propriétaires préfèrent faire du passé table rase.
Les environs de Redon regorgent de vieilles maisons en décrépitude, qui, lentement, se retrouvent couvertes de végétations...
Voyez à Poubreuil :)
Je pense aussi au Haut-Gutz, dont la très belle demeure, photographiée par vos soins, est en train de se déliter...
Les exemples sont nombreux, même si certaines sont rénovées avec grand soin (à Bosné, par exemple).
Ce qui est vraiment regrettable, c'est la profusion de constructions modernes sans charme, que je nomme "standard", en ce que l'on peut les retrouver partout du nord au sud de la France.
Ces lotissements témoignent de l'extension inéluctable des bourgs en tant que banlieues de grandes villes (Rennes pour ce cas).
Faute de budget pour habiter dans le centre des métropoles, l'éloignement devient la solution, au détriment de l'harmonie et de la cohérence du bâti traditionnel (voir St-Just, Pipriac, pour ne citer que deux exemples) pour de nombreuses personnes.

Quand je vois la banlieue de Rennes et les horreurs construites depuis 30 ans... J'ai connu les champs... Le temps file trop vite :)

Bien à vous,

Gaël

Musardise Saint-Just a dit…

Oui, Albert Poulain était un grand monsieur, un vrai griot local.

Je comprends qu'on ait envie de construire des maisons lumineuses et peu gourmandes en énergie. Dans dans certains chantiers de rénovation, on voit intégrés quelques éléments qui faisaient la beauté d'une façade.

Enfin, c'est toujours un peu triste de voir de belles choses disparaître alors que les zones pavillonnaires s'étalent et prolifèrent sans problème.

Anonyme a dit…

C'est un peu terrible de voir tout ce qui disparait et à quelle vitesse mais qui sait ? Si ça se trouve on appréciera beaucoup les pavillons de maintenant dans cent ans... enfin je ne crois pas. Je me souviens que j'étais allé faire une balade avec le livre de saint-Just et des références de votre blog pour admirer de belles maisons, faire des croquis divers et prendre des photos mais pour ce qui est des pans de murs avec de magnifiques cheminées ou des ouvertures, etc, il faut se dépêcher, ça dépérit vite et surtout c'est détruit pour être remplacé, comme là...

Julien de Maure de Bretagne

Enregistrer un commentaire