dimanche 10 novembre 2019

Le portail du Château du Brossay, à Renac


     Le lierre s'accroche encore aux montants du portail du Château du Brossay, à Renac. Il ne s'est pas ouvert longtemps pour laisser le passage aux voitures à cheval, puisque  que ce château néo-Renaissance  fut l'un des derniers de ce type construit en France (en 1896). Ce portail   vu de la route est une image insolite qui symbolise l'ancien monde s'effaçant au profit d'un présent qui semble inquiet de ses destructions.
Il ne se passe pas de jour sans que l'on nous annonce  la  mort de l'automobile dans un futur de plus en plus proche, et nous  sommes spectateurs de  travaux  d'envergure au service d'un moyen de transport condamné.
Cet axe routier est en chantier depuis des décennies, et quand les gros engins jaunes arrivent à votre porte, quand les routes sont barrées un peu partout,  mieux vaut ne pas se poser trop de questions moroses  sur ce que l'avenir lointain nous réserve. Le présent est assez compliqué.

On commence à déplorer la disparition de personnes qui pensaient naïvement aller d'un lieu-dit de Renac ou Saint-Just à un autre lieu-dit du côté de Saint-Ganton, Guipry ou Brain-sur-Vilaine.  Ils ont   rebroussé leur  chemin à chaque nouveau sens interdit, erré d'un panneau de déviation à un autre jusqu'à ce que le réservoir soit vide, aperçu la mer au nord à Saint Malo et à Pénestin au sud, envoyé des appels de détresse, mais en vain.   Leur auto s'est embourbée  au fond d'un chemin défoncé, on ne sait où, ils se sont évanouis corps et biens.   Nul être doué de raison ne partira à leur recherche,  le péril est trop grand, tant pis...  Tant pis aussi pour ceux dont la famille  habite de l'autre côté de la route, dont on ne verra ni  grandir les enfants ni mourir le grand-oncle Théodule, et c'est souvent mieux comme ça.




***

8 commentaires:

  1. La première photo est extraordinaire, avec ce portail comme un naufragé sur son île.
    Une image qui parle bien de l'époque aussi. Un peu surréaliste également. Collector !
    Pour le reste, bon courage pour retrouver tous les disparus... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce gentil commentaire, Pastelle. Les disparus... Ils sont maintenant dans une autre dimension. De l'autre côté du portail, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  3. Si le portail n'a pas été détruit, c'est peut-être qu'on va le conserver? Au milieu d'un rond point? Je vais suivre cette histoire pour voir comment ça évolue je passe par là pour acheter du Tisquin.
    Et pis je me suis perdu en loupant la déviation de Guipry. Mais j'ai récupéré la route en passant à gauche d'un rond-point bloqué. Il y avait un gus qui ramassait ses pommes ça l'a bien fait rigolé quand j'ai ruiné la bagnole en dérapant dans des flaques de boue,elle était crade comme un ataxi de brousse après.

    Sofiane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sofiane: On verra bien pour le portail, mais votre idée n'est pas impossible...
      ...et pour la route, j'ai à peine exagéré, un tout petit peu ! ! !

      Supprimer
  4. Je suis de l'avis de Pastelle, pour la photo de ce portail. Collector !

    RépondreSupprimer
  5. Il faut y retourner, et suivre l'évolution des travaux.
    Je pense qu'il ne sera pas détruit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y retournerai...
      J'ai cherché des informations sur le site du Conseil Général. On évoque l'archéologie préventive après la découverte de mégalithes en forant près de Saint-Just, mais rien pour ce portail. OU plutôt si: le parc du Brossay est un site classé, d'une part, et d'autre part à cet endroit il est question de faire passer la route deux mètres plus bas, on creuse, on creuse...

      Supprimer